Genesis et The Lamb Lies Down on Broadway, la possibilité du progressive punk.

 
 
Par François Gorin
 

En 1974, le rock dit progressif, né dans les effluves du psychédélisme et l’émergence de musiciens de formation classique, touche à la fin de sa grande période. Comme d’autres groupes-phares (King Crimson, Pink Floyd, Yes) à des points charnières de leur trajectoire, Genesis vit une crise de croissance. Après quatre albums, le groupe a épuisé sa première veine (lyrisme orchestral, syncopes folk ou jazz, imaginaire fantastique). Peter Gabriel, chanteur et figure de proue, s’apprête à le quitter. Il accumule des textes d’inspiration très urbaine qui vont nourrir un double-album où ses partenaires semblent se faire violence pour accoucher d’une œuvre extrême et sans lendemain, aux confins du planant et du punk. En somme, un chouette programme de dégustation que nous accompagnerons bien sûr tout d’un bon verre de vin.

Vous êtes interéssé.es par cette dégustation ?

 
Remplissez ce formulaire et nous reviendrons
vers vous.
 
 
 

Prochainement

30 à 50 participants

 
 

01   Dégustations

Découvrir la musique dans des conditions exceptionnelles et privilégiées.

02   Intervenants

Des Maestros, des grands musiciens et des experts rien que pour vous.

03   Lieux

D'exception, insolites, secrets parfois et souvent chargés d'histoire

04   En bouche

Des vins finement sélectionnés accompagnés de planches gourmandes.

Une dégustation orchestrée
par François Gorin

 
 
journaliste spécilisé

François Gorin a été journaliste à Rock&Folk,
puis au Matin de Paris, à L’Événement et aux Inrockuptibles.
Il est aujourd’hui critique de cinéma à Télérama
et auteur de nombreux ouvrages sur le rock